Vis ma vie de Chef de projet

Il fût un temps préhistorique où mon activité professionnelle était tellement indéfinissable que l’on m’a gentiment gratifiée du titre de « Chef de projet » .

Vous remarquerez que, comme nom de métier, c’est plutôt pratique. Déjà parce qu’en général; les gens sont contents de pouvoir se gargariser d’être chef. « Maurice, félicitations mon p’tit, vous passez Chef. Bon OK, chef; pas du monde; même pas de quelqu’un, mais de votre cul PROJETS. C’est ÉNORME Maurice » .

Ensuite, la dénomination est bien pratique, parce qu’un projet, ça peut être tout… et n’importe quoi. Vous en doutez ? Pourtant je me souviendrai toute ma vie du premier « projet » que l’on m’a confié. OK, je n’étais que stagiaire; mais quand le beau Tony est venu me trouver en me disant « Hey Virginia ! (non, c’était pas à Bordeaux)(c’était à New York) (et je vous dis même pas la boite vous allez dire que je me la raconte) (mais attendez ce qui suit). I’ve got a BIG project for you ! » ; je me voyais déjà assise à la place du directeur. J’ai commencé à sentir l’arnaque quand il m’a emmené dans la salle des imprimantes; et j’ai définitivement regretté mon enthousiaste « Oh Yes Boss !! I will be pleasured to do it !! » (oui j’étais une bille en anglais à cette époque) (je ne dis pas que ça a changé depuis) quand il m’a tendu une ramette de papier en m’annonçant que j’allais devoir lui faire 200 photocopies, couleurs, d’un catalogue de 39 pages, RECTO-VERSO. VDM n’existait pas à l’époque, mais ce jour là j’aurai pu l’inventer. Et croyez-moi, des projets à la con comme ça; il y en a toujours, et à tous les niveaux.

Bref. Je pense que je pourrais écrire un bouquin rien que sur mes stages; mais aujourd’hui je voulais simplement vous faire passer 24h dans la vie d’un chef de projet …


9h17

J’arrive au bureau. Je m’installe à mon poste au bout de l’open space. J’ai loupé de peu la place à côté du radiateur et celle à côté de la fenêtre, j’ai un peu les boules. Tiens, je suis drôlement en avance aujourd’hui. Je vais en profiter pour regarder mes mails avant d’aller prendre un café. Je pose mon laptop-dernier-cri que j’ai du mendier pendant 6 mois sur le dock et j’appuie sur start.

9h35

L’ordi s’allume ENFIN après 43 mises à jour. J’ai 167 nouveaux mails. Je fais un tri sur ceux qui me sont adressés directement. Plus que  12. Je regarde rapidement les expéditeurs et phrases objets pour commencer par ce qui est prioritaire. Ah ! Asos : Ventes privées, ne tardez pas ! Je classe les autres dans le dossier « à traiter ».

9h40

J’ouvre un mail de Chef. Qui me demande si j’ai pu voir le point bloquant pour la livraison du lot 1 (sur 29) avec le service référencement. Je lui réponds qu’ils m’ont dit de voir avec le service data. Qui m’a orienté vers le développement, qui m’a dit que la stratégie saurait me répondre; mais qu’à la strat’; ils m’ont expliqué que ce type de problème était du ressort du service  … référencement.

9h42

Chef me demande ce qu’a dit le référencement, du coup. J’ose pas lui dire qu’ils m’ont dit de voir avec la strat’… .

9h45

Ma collègue-que-j’aime-bien me demande via la messagerie interne si j’ai le temps pour un café. Je check mon agenda, j’ai une réunion à 9h45. OK, je lui réponds.

10h07

Je reviens à mon poste. Je passe un coup de fil à Jean-Michmich (le type qui suit l’E.D.B.) (Expression Des Besoins) (des besoins, pour le projet, pas en général; hein), et avec qui j’ai rdv – à 9h45- pour lui dire que je vais être en retard à la réunion. D’un commun accord, nous décidons de la reporter à 11H, le temps que tout le monde soit revenu du café.

10h10

Je finis ma commande Asos avant d’ouvrir le retroplanning Excel de mon projet, que je dois mettre à jour suite aux retards que nous avons pris la semaine dernière, et celle d’avant, et celle d’avant aussi je crois bien. La faute à La Glacière – qui doit son surnom à sa jovialité légendaire – et qui a priorisé le projet de la compta, celui qui doit servir à passer le logo en couleurs sur les factures fournisseurs. J’avoue avoir un peu douté de l’importance de mon projet en voyant cette hiérarchisation; mais Chef me dit que c’est un projet ultra stratégique pour la direction; alors bon.

10h35

Voilà, le planning est à jour. Je vais revérifier que la liste des intervenants et de leurs « pour action » est toujours d’actualité.

10h45

J’ai retiré le stagiaire de Jean-MichMich de la liste, ça fait 3 mois qu’il n’est plus là. Note pour plus tard : penser à demander le nom du nouveau, Jean-MichMich m’a redit à la fin de la dernière réunion que celui que j’avais appelé Bertrand pendant 2h, c’était pas lui, c’était l’ancien ; mais impossible de me souvenir de son prénom. Bon. En attendant, on va continuer de l’appeler La Galoche, lui qui -selon les bruits de couloirs – se serait déjà tapé 6 des 8 stagiaires de l’étage.

11h15

Il me manque une info que ma collègue-que-j’aime-bien doit avoir. J’ouvre la fenêtre de discussion. Elle me répond directement et me dit que Tiens, à propos ! elle a croisé l’homme à la voix la plus sexy du monde ce matin, mais ne l’a TOUJOURS pas entendu prononcer le moindre mot.

Je lui dis Pourquoi à propos ? Elle répond Aucun lien.

Je lui réponds merci et que c’est vraiment dommage, ce mec te ferait baisser ta culotte rien qu’en te lisant l’annuaire. Je lui suggère donc de l’appeler pour qu’elle puisse s’en rendre compte par elle-même.

Pour lui dire quoi ?

On s’en fout. Fais le parler 3 minutes et puis dis que tu t’es trompé de numéro.

Elle commence à rigoler un peu fort. Je le sais, vu que son bureau est collé au mien. Mais la messagerie nous permet de rester discrète. Sauf les fois où on se répond tout haut sans s’en rendre compte; ce qui arrive assez souvent, somme toute.

11h45

Une nouvelle fenêtre de messagerie s’ouvre. C’est Chef qui veut savoir ce que le référencement a répondu. « Je vous réponds dans 10 minutes, je suis au téléphone; là. »

11h46

Vite. J’appelle le service stratégie pour savoir ce que je peux dire à mon chef. Ils me renvoient vers le développement.

11h58

J’ai eu 14 personnes au téléphone, mais ça y est ! J’ai la réponse, on peut avancer comme prévu ! Enfin, il faut juste que je fasse valider le point par le juridique, mais c’est un détail.

12h00

J’ouvre une fenêtre de messagerie pour annoncer la bonne nouvelle au Chef. Au même moment, ma collègue-que-j’aime-bien m’envoie elle aussi un message : « Tu fais quoi pour déj ? ».

12h01

J’écris à Chef : « C’est bon la stratégie valide le point ! Je dois juste valider le process avec le juridique ». J’écris à ma collègue : « Je sais pas trop et toi ? »

12h02

Chef me répond : « La stratégie ? le juridique ?! ». Ma collègue me répond « J’irai bien faire les soldes, tu m’accompagnes ? »

12h03

Je dis à Chef : « Oui, pardon. En fait, c’était le point du lot 1 sur lequel on attendait le retour du référencement. Bref, ça avance ! ». Je dis à ma collègue : « OK par contre faut que je sois là à 13h50, réunion à 14h »

12h04

Chef me répond : « OK parfait. Faites-moi un mail récap quand même, svp ».  Ma collègue me répond : « Cool ! du coup on décolle dans 10 minutes max »

12h05

Je réponds : « Très bien, vers 16h; j’y inclurai le CR de la réunion comme ça », et « Ça roule, ma poule ».

12h07

Chef me répond pas. Ma collègue me dit « Hein ?!! »

12h08

…..

12h09

OH P****** de B**** de M****  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Boulette vis ma vie de chef de projet - blog bordeaux ne le dites a personne

 

12h10

Chef m’envoie « … Merci. Évitons tout de même les familiarités, je vous prie ».


14h10

Je rentre de ma pause déj avec 2 pulls, un pantalon et un sac flambants neufs, par contre je n’ai pas eu le temps de manger. Je passe donc à la machine prendre un mars (et ça repart !), puis je m’installe à mon poste. ME** LA RÉUNION !!

14h15

J’arrive en nage en salle de réunion, après m’être planté de 2 étages. 12 personnes au regard vague m’attendent sagement assis. On entendrait une mouche voler. Tiens d’ailleurs ?! Ah non, c’est juste le graphiste qui pionce dans le fond. Je savais que c’était le créneau idéal pour faire passer des idées; l’heure après le déjeuner.

14h45

Après avoir galéré cent ans pour connecter mon ordi à l’écran, changé 2 fois de salle (apparemment, je n’avais pas réservé ?!), et perdu 2 participants (une urgence à la compta) (sur le projet logo); me voilà lancé dans un numéro de claquettes improvisé. L’objectif ? Je ne suis même plus sûre. Les occuper ? les divertir ? les caresser dans le sens du poil ? Ah non, c’est vrai. Sortir ce p*** de projet dans 15 jours. Et donc, les motiver à bosser pour MON projet, avant celui des autres, quitte à leur demander une priorisation sauvage. Tout un programme.

15h50

Les participants regagnent leurs postes. Je n’arrive pas à me décider sur le bilan : je suis contente d’avoir suscité un débat de 45 minutes sur les specs à valider dans le plan de test et la faisabilité d’une release de la team comme prévue sur la roadmap (c’est important de parler le techos dans ces moments-là), mais la fin de celui-ci s’étant soldé par 1/4 d’heure de lamentation de La Potiche sur la charge de travail de son équipe (celle dont le boulot consiste à accompagner son N+1 dans tous ses déplacements extérieurs) (pour le s…outenir); je ne suis pas sûre d’avoir trouvé la réponse à nos questions. Du coup, je pars prendre un café – débriefing avec Jean-MichMich et Bertrand le nouveau stagiaire.

16h20

Je regagne mon poste. C’est fou comme le monde est petit, on a eu la même maitresse en primaire, avec Jean-Michmich ! Ah et sinon concernant mon projet, il faut que je vois le point bloquant avec le service animation, vers lequel le juridique m’a renvoyé.

16h30

Je raconte à ma collègue-que-j’aime-bien que Jean-Michmich et moi, on a été à la même école.

16h35

Je sors mes notes pour rédiger le compte-rendu de la réunion.

Bon, je ne comprend rien à ce que j’ai noté, par contre je trouve que j’ai plutôt bien réussi la tête de la Potiche quand elle chouine.

16h40

Allez, je me lance sur le CR.

16h41

Chef m’envoie un message : « Et ce CR alors ?! Vous l’enverrez à Dieu, il veut savoir où on en est ». Oups. Dieu.

17h12

Le compte-rendu est prêt. Je l’ai réécris entièrement 3 fois. Trop de pression, sachant que Dieu va le lire. Tout le monde sait que Dieu est un taré, capable de péter un plomb pour une virgule mal placée. Je le relis une dernière fois, pour être sûre de n’avoir rien oublié.

17h37

9ème relecture, logiquement, c’est bon. Je vais relire les destinataires quand même, pour être sûre.

Destinataires : Dieu, Dieu-1, Dieu-2, Chef du chef, Chef.

Copie : Jean-Michmich, La galoche, La glacière, Le chef de la glacière, La potiche, Le chef de la potiche, Le beau-gosse, La chef du beau-gosse, Le développeur bis, La chef du développeur bis, La juriste, Le chef du juriste, Le graphiste, Le chef du graphiste, Le chef du courrier et … moi. Je me mets toujours en copie de mes propres mail, c’est très important parce que … heu, je ne sais pas en fait; mais tout le monde le fait, donc bon.

17h42

Je vais quand même relire une dernière fois, pour être sûre.

17h45

Allez je me jette à l’eau. Le cœur battant, j’appuie sur envoyer. Au même moment, mon téléphone sonne. C’est Chef. Il veut savoir ce que je fous et me convoque illico dans son bureau. J’hésite à lui dire « Cool Raoul »…

17h46

J’arrive dans son bureau. Il aboie : Et ce CR alors ??! Je lui dis qu’il vient de partir mais il veut savoir, là; tout de suite. Visiblement Dieu est très pressé, ça a intérêt de sortir dans les temps, bordel !

Je lui récite donc mon mail que je connais maintenant par cœur. A tel point que sans m’en rendre compte je termine mon speech par « Cordialement merci ». 

Chef hausse un sourcil interrogateur, je me rattrape tant bien que mal avec un « Huhuhu » mal assuré, censé sous entendre que c’était de l’humour. Décidément, c’est pas ma journée. Au vu de sa tête qui a l’air d’hésiter entre : « Mais elle me prend pour un con celle-là » et « Mon dieu mais quelle cruche c’est pas possible », je décide de reporter ma demande d’augmentation de quelques jours.

Il finit par me dire : Bon, bref, ça sort quand ?!

J’hésite. Je lui dit que compte tenu du projet ultra prioritaire du logo de la compta, heeeeu baaah heeeu… on risque d’avoir quelques mois semaines jours de retard.

J’aurais pu lui annoncer que son chien venait de se faire écraser qu’il aurait eu l’air moins contrarié. IM-POS-SIBLE !! hurle-t-il. Il FAUT que ça sorte la semaine prochaine, Dieu le veut !! Débrouillez-vous. Ce que Dieu veut, JE le veux.

Ouais ouais ouais, Et moi je veux le corps de Beyoncé, la tout de suite; en continuant de me gaver de saucisson et de m&m’s. Pfff.

Chef me toise. Merde, aurais-je dis ça à voix haute ?!

Il me congédie. Je retourne à mon bureau, en me demandant ce que je vais bien pouvoir inventer pour faire accélérer les choses, et tout en sachant pertinemment que rien ne fera avancer le schmilblick. Un projet qui sort à temps; c’est simple, ça ne s’est jamais vu.

18h02

Mais ! Il est déjà l’heure. Je referme mon laptop et j’adresse un au revoir à mes collègues. Évidemment, comme tous les soirs; le gros lourd de service me répond par un « Ah ! et bon aprem alors ! ». Et, comme tous les soirs; je lui réponds « Et toi, le jour ou t’arrives à te reproduire avec ton ordi; tu nous tiens au courant, hein ! »

18h05

Je quitte le bureau, exténuée. Ouf ! c’est bientôt l’heure de l’apéro. Je ne l’aurais pas volé …


Je me dois tout de même de préciser que, bien sur; toute ressemblance avec des personnes…. blablabla; serait –bien évidemment- purement fortuite. Dans la vraie vie, ça ne se passe pas du tout comme ça ! Enfin pas partout. Enfin, pas tout le temps. Enfin… bref. Ne le dites à personne, quoi 😉


Retrouvez le blog Maman ne le dites a personne sur les réseaux sociaux Facebook Instagram Pinterest Twitter Blog Ne Le Dites à Personne

Rendez-vous sur Hellocoton !

44 commentaires sur « Vis ma vie de Chef de projet »

  1. Merci, merci, merci… J’ai bien rigolé ! Tu m’as replongé dans mes années en entreprise ! C’est tellement vrai. Parfois, on se demande pourquoi on porte autant d’importance à tout ça !
    Bon courage et, promis, je ne le dis à personne !

    Virginie

  2. Ha ha! Quelle vie, plusieurs points semblent similaires avec ce qu’il se passe dans l’entreprise pour laquelle je travaille!! La vie de bureau, la machine à café, les responsabilité qui se refilent de service en service… Bref! Tout y est!! 😉

  3. Ahaha! moi aussi ça m’est déjà arrivé un plantage de messagerie interne…OUPS! Surtout que c’était… hum… une revendication légèrement langue de putière sur la tenue de la chargée de prod… A l’époque je bossais dans le jeu vidéo et les gars étaient tous un peu perchés donc c’est passé crème, ils ont rien pigés, mais j’ai eu chaud aux fesses…

  4. Excellent ! Ca me donnerait presque envie de reprendre la vie de bureau. Ou pas. Non, je choisirai ou pas !!!! 😀 En tous cas j’ai énormément ri, je pense que si bureau il doit y avoir un jour, NOUS serons Dieu et Dieu 2, sinon rien !
    Bises

  5. Je savais pas qu’on avait bossé dans la même boite !!
    c’est fou comme on reconnaît toutes des personnages similaires…
    avec ma collègue que j’aime bien on se marrait aussi grave ! Et la compta qui passe toujours au dessus de tout le monde…. bref, quand est ce qu’on en parles autour d’un café ?????

  6. En lisant des echanges de messages avec ton boss et ta collegue… je le voyais venir… et encore tu as eu de la chance, tu aurais pu te tromper envoyer un autre type de message. J’ai cru mourir de rire…

  7. J’ai beaucoup ri, merci ! Et je suis assez étonnée aussi… ça se passe vraiment comme ça parfois ?
    En fait, je n’ai jamais vu ça nulle part… pourtant je suis consultante donc j’en ai vu pas mal, des boîtes…
    Mais ouais, consultante, l’autre terme fourre-tout, quand on fait trop de trucs différents 😉

    1. Contente de t’avoir fait rire, c’était un peu le but 😉
      Et pour te répondre, et bien si tu parles d’erreurs de messagerie, de réunions interminables, de projets qui ne sortent jamais dans les temps, de pauses cafés qui s’éternisent &co; … A en croire les autres commentaires; je pense que ce sont bien des choses qui arrivent, oui ;-).
      Mais peut être pas tout dans la même journée … 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *